Méditation et apprentissages

En Hollande, inspiré par l’auteur du livre « Calme et attentif comme une grenouille » d’Eline Snel, la méditation a pu faire son entrée dans les écoles. Le gouvernement finance même les instituteurs qui le souhaitent à se former afin qu’ils puissent en faire avec les enfants.

Au Canada, la méditation pleine conscience a aussi franchi la porte de l’école. La relaxation et l’éducation font peau neuve dans plusieurs établissement à travers le monde.

Dans son article, « La méditation à l’école pour favoriser l’apprentissage« , Fabrice Renault nous explique qu’au Canada, les enfants commencent la journée par des exercices qui consistent à écouter leur souffle. Comme c’est merveilleux! Cela permet aux enfants de bien se centrer, de se calmer, de s’écouter,… et puis s’adonner aux exercices d’apprentissage comme les maths, les langues,…

Que de plus intelligent qu’une personne bien présente et consciente de l’être.

Plus tôt nous apprenons aux enfants le « comment se centrer »,
plus tôt nous aurons des êtres épanouis car ils apprennent à s’écouter,
de plus ils seront ancrés car ils apprennent à se calmer et
plus ils deviendront ouverts et autonomes, car ils apprennent à identifier, gérer et régler les problèmes à l’intérieur d’eux-mêmes.

Toujours au Canada, ils ont pu constater que les incivilités ont diminués, que l’ambiance est meilleure et que la concentration est au rendez-vous. N’est-ce pas normal après tout ! Plus on explique à un enfant qu’il a la possibilité de trouver les solutions en lui, plus il se sent responsable de lui-même et donc de ses actes. C’est évident.

Plus vite nous introduirons dans le cursus des méthodes douces et efficaces comme la méditation, la respiration consciente, le Tai Chi, le Yoga,…, plus vite nous aurons des enfants conscients de leur état d’Être.

Xanthippe Lazaridis

La méditation à l’école pour favoriser l’apprentissage

Article retranscrit partiellement et écrit par Fabrice Renault dans mieux-vivre-autrement.fr

Pourtant cette technique de méditation permet d’améliorer le bien-être et les performances scolaires des élèves…

Depuis une quinzaine d’années, les méthodes de méditation adaptée à l’enfant voient le jour. Parmi les plus célèbres : « L’attention, ça marche ! » de la Néerlandaise Eline Snel, «B» ou « Dot-be » du Britannique Chris Cullen et plus récemment, « Mindful Up » de la Française Jeanne Siaud-Facchin. Objectif : diminuer l’agitation psychique et émotionnelle afin de favoriser l’attention, l’écoute et l’apprentissage.

Directement inspirés du programme MBSR (réduction du stress par la pleine conscience) développé par l’américain Jon Kabat-Zinn, ces protocoles – plus ludiques – suscitent un réel intérêt aux États-Unis, au Canada ou encore dans les pays d’Europe du Nord, qui n’hésitent plus à les expérimenter en classe. Aux Pays-Bas, par exemple, le gouvernement propose même depuis 2009 aux enseignants qui le souhaitent, de financer leur formation à la méthode d’Eline Snel.

Comment expliquer cet emballement ? Tentons de répondre à cette question en regardant ce qui se pratique au Canada.

méditer-à-lécole

L’exemple du Canada

Une journée dans la classe de Christopher Lee ne commence jamais sans un exercice de « respiration ». La tête posée sur leurs bras croisés sur le bureau, à côté des livres de maths, des élèves de septième année (l’équivalent du CM2) de l’école Renfrew de Vancouver (Canada) apprennent à respirer. Ou plutôt à s’écouter respirer, en silence ou, comme ce matin, sur l’Ave Maria chanté par Andrea Bocelli. L’exercice de relaxation est tiré du programme éducatif MindUp, pratiqué par plus d’un millier d’enseignants de la ville de l’Ouest canadien.

Appliquée depuis près de dix ans dans les écoles de Vancouver, cette pratique pédagogique s’inspire de la très tendance technique de « pleine conscience » (mindfulness), qui aide à combattre le stress ou la dépression en se recentrant sur l’instant présent. MindUp y ajoute des leçons d’empathie, de contrôle des émotions ou encore d’optimisme. Un cocktail de positivité appelé « apprentissages émotionnels et sociaux », qui a pour but d’améliorer le bien-être des élèves et, in fine, leur réussite scolaire.

Les incivilités en classe diminuent

Cette méthode vient d’acquérir ses lettres de noblesse avec la publication, fin janvier, d’une étude scientifique reconnaissant ses bienfaits. Pendant quatre mois, les équipes de Kimberly Schonert-Reichl, chercheuse en psychologie qui a contribué au développement du programme MindUp, ont comparé les résultats de deux échantillons d’élèves, l’un suivant ce programme et l’autre non. La conclusion est sans appel : avec ces exercices, les incivilités en classe diminuent, la sensation de bien-être des écoliers s’améliore tout comme leurs résultats en maths.

Meilleure concentration des élèves et ambiance favorable au travail

Patricia Morris, vingt-cinq ans d’enseignement dans le cartable, dont cinq avec ces outils pédagogiques, est une adepte. « Aujourd’hui, certains déclics dans l’apprentissage ont lieu beaucoup plus tôt dans l’année », constate-t-elle dans sa classe de maternelle, encore émue de « l’incroyable gentillesse » de ses jeunes élèves. « Soit les techniques de relaxation permettent de mieux se concentrer, soit c’est la bonne ambiance dans la classe qui crée un meilleur climat d’apprentissage », ajoute Kimberly Schonert-Reichl.

Outre ces exercices de relaxation, l’établissement propose une séance de tai-chi qui, en dix minutes d’un ballet de légers mouvements sur fond de musique asiatique, fait taire les piaillements matinaux au moment de regagner les classes. « ça a un effet d’égalisateur social », observe également Brian Wong, instigateur du projet : « Les enfants issus de milieux favorisés ont tendance à être déjà calmes, mais pas ceux des familles en difficulté, qui arrivent à l’école imprégnés du stress de la maison. » La tête rentrée dans les épaules, Callidora, 9 ans, chuchote à notre oreille combien le tai-chi lui fait du bien, elle qui arrive « toujours la dernière à l’école » le matin.

Le développement personnel et social de l’enfant est fondamental

La Colombie-Britannique, qui forme les enseignants volontaires au programme MindUp, a fait du développement personnel et social l’un des fondamentaux à acquérir au même titre que le lire-écrire-compter…
…« Auparavant, les recruteurs recherchaient des têtes bien pleines ; aujourd’hui, ils veulent aussi des compétences humaines de contrôle de soi et de travail en équipe », observe Kimberly Schonert-Reichl. Et, dans une ville aussi multiculturelle que Vancouver, où l’anglais est une deuxième langue pour 25 % des élèves, l’enjeu est aussi de bâtir en classe les conditions d’un vivre-ensemble qui dépasse les murs de l’école.

…Les enseignants auront beau rabâcher les règles d’orthographe chaque jour, si on ne considère pas l’enfant comme un être sensible, on ne sera pas en mesure de lui apporter ce dont il a besoin pour être disposé aux différents apprentissages.

Source

 

Article écrit par Fabrice Renault dans mieux-vivre-autrement.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :